vendredi 18 mai 2018

Uruguay / Isla de Lobos


Uruguay.
 
Lettre ayant voyagé avec un timbre montrant le phare de Isla de Lobos.


 



Pli oblitéré à Sarandí Grande, le 24.03.2011

 


Thème du timbre : phare de Isla de Lobos et "Splendour of the Seas" dans la série "Cruceros 2010" [Croisières], quatre timbres différents
Date d'émission : 19.11.2010
Autorité postale émettrice : Correo Uruguayo (Administración Nacional de Correos)
Valeur faciale : 37 pesos uruguayens (UYU)
Correspond à un affranchissement pour une lettre jusqu'à 20 g du régime international
Dessinateur : Daniel Pereyra
Dimensions du timbre : 50 mm x 35 mm
Dentelé : 12 ¼
Imprimeur : Sanfer S.R.L. (Montevideo)
Impression : offset (quadrichromie)
Taille de la feuille : 16 timbres (4 séries x 4)
Tirage : 15 000 exemplaires (sur un total de 60 000)
Référence Correo Uruguayo : 2010-27-S
Numéro des catalogues : Yv 2455 / M 3124 / S 2311d
Numéro WNS : UY036.10


 



Le phare de Isla de Lobos (35° 01' S & 54° 53' W) se trouve sur cette île située à environ 12 km au sud-est de Punta del Este, ville balnéaire de renom international de la côte atlantique du pays.
L'île de Lobos est le point le plus méridional de l'Uruguay [1]. Espace protégé (parc national) de 41 hectares, l'île héberge une très importante colonie d'otaries à fourrure australe (Arctocephalus australis) [lobo marino, en espagnol] et d'otaries à crinière [lion marin] (Otaria flavescens).

Opérationnel depuis juillet 1906, le phare est constitué d'une tour de 59 m (194 pieds, 240 marches) de hauteur, de section circulaire, bâtie en béton et appuyée sur un soubassement en pierre. Peinte entièrement en blanc, seule la coupole de la lanterne est (curieusement) peinte en bandes radiales rouges et blanches.

Premier phare automatisé du pays (2001), il est alimenté en électricité par des panneaux solaires. Sur un plan focal de 66 m (217 pieds) ; son optique émet un éclat de lumière blanche toutes les cinq secondes selon la caractéristique suivante : éclat 0.5s + obscurité 4.5s. Sa portée lumineuse est de 23 milles marins (1 mille = 1852 m).

Sur un plan focal de 53 m (174 pieds), un feu secondaire (rouge fixe) visible 4 milles marins sur un secteur angulaire de 40°, signale la présence de hauts-fonds marins.

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : G0676.


[1] Zone de l'océan Atlantique très proche de l'embouchure de l'estuaire du Río de la Plata. L'objectif lors de sa construction était le guidage des bateaux entrant et sortant des eaux du fleuve.

 



Thèmes des timbres : phare Isla de Lobos, deux timbres différents dans la série "Motifs nationaux" (dix-sept timbres)
Date d'émission : 14.01.1954
Autorité postale émettrice : Correo Uruguayo
Valeurs faciales : 8 centavos (8/100) et 4 anciens pesos uruguayens (valables jusqu'en 1973)
Dimensions des timbres : 30 mm x 42 mm
Dentelé : 13
Imprimeur : Waterlow & Sons Limited (London)
Impression : taille-douce
Papier : sans filigrane
Taille de la feuille : 100 timbres
Tirage (8 centavos) : 2 500 000
Tirage (4 pesos) : 30 000
Numéros des catalogues : Yv 629 et 638 / M 782 et 791 / SG 1034 et 1043 / S 611 et 620
Numéros du Catalogue Ciardi (Uruguay) : 629 et 638




Thème du timbre : phare de Isla de Lobos dans l'émission célébrant le 150e anniversaire de la Marine nationale, trois timbres différents
Date d'émission : 12.11.1968
Autorité postale émettrice : Correo Uruguayo
Valeur faciale : 6 anciens pesos uruguayens (valables jusqu'en 1973)
Dessinateur : Ángel Medina Medina
Dimensions du timbre : 25.5 mm x 38.5 mm
Dentelé : 12
Imprimeur : Imprenta Nacional (Montevideo)
Impression : offset
Taille de la feuille : 50 timbres (10H x 5V)
Tirage : 5 000 000
Papier : avec filigrane
Numéros des catalogues : Yv 771 / M 1125 / SG 1380 / S 761
Numéro du Catalogue Ciardi (Uruguay) : 771



 


Surcharge "impuestos a encomiendas" (taxes sur colis postaux)

Surcharge en typographie (encre rouge) effectuée par la Imprenta Nacional (Montevideo)
Date d'émission : 12.11.1971
Valeur faciale : 60 centimes sur 6 anciens pesos uruguayens (valables jusqu'en 1973)
Tirage : 975 000
Numéros des catalogues : Yv CP101 / M P93 / SG P1472 / S Q101
Numéro du Catalogue Ciardi (Uruguay) : E101


 



Thème du timbre : phare de Isla de Lobos dans l'émission "Faros del Uruguay", cinq timbres différents [4]
Date d'émission : 10.02.2004
Autorité postale émettrice : Correo Uruguayo
Valeur faciale : 14 pesos uruguayens (UYU, depuis 1993)
Dessinateur : Carlos Menck Freire
Dimensions du timbre : 31 mm x 42 mm
Dentelé : 12
Imprimeur : Imprimex S.A. (Montevideo)
Impression : offset
Taille de la feuille : 25
Tirage : 15 000
Numéros des catalogues : Yv 2150 / M 2802 / S 2062
Référence Correo Uruguayo (émission) : 2004-04-S
Numéro du Catalogue Ciardi (Uruguay) : 2114


[4] Isla de Flores, Farallón, La Panela, Pontón Banco Inglés et Isla de Lobos





Nota bene.

 
 


Regarder avec attention les repères d'impression (registre des couleurs) cyan, magenta, jaune et noir dessinés sous la forme de quatre petits phares.








Vous pouvez aussi visiter :
http://pharoteliste.blogspot.com/2010/12/uruguay-punta-jose-ignacio.html
http://pharoteliste.blogspot.fr/2014/08/uruguay-colonia-del-sacramento.html
 


.

mercredi 9 mai 2018

France / Bas-Sablons


France.

Entier postal. Enveloppe illustrée avec le phare de Bas-Sablons.


 



Enveloppe pré-timbrée à validité permanente [PAP] [1]

Date d'émission : septembre 2008 [2]
Autorité postale émettrice : La Poste
Timbre-poste imprimé : Saint Malo, France Lettre Prioritaire [3]
Valeur faciale : aucune
Correspond à un affranchissement pour une lettre jusqu'à 20 g dans le régime intérieur
Dimensions du pli : 110 mm x 220 mm [DL] (DIN "long")
Imprimeur : Phil@poste
Illustrations : Jean-Benoît Héron
Références : agrément N° 809 / lot 42J/08F379
Code-barres : aucun



[1] PAP, Prêt-à-Poster (La Poste)

[2] Issue dans une série de quatre enveloppes "les phares de Saint Malo" (La Balue, Rochebonne, Bas Sablons et Le Grand Jardin)

[3] À partir du timbre du 26.02.2007 (La France à voir 2007, Yv 4020 / M 4222)






Le phare du Bas Sablons (48° 38' N & 02° 01' W) se trouve sur le quai de la plage du même nom, dans le quartier Saint-Servan [4] de la ville de Saint-Malo.

Sur le littoral de la Manche, dans le département d'Ille-et-Vilaine ; Saint-Malo est le principal port de la côte nord de la Bretagne.
Le phare du Bas Sablons est l'un des quatre phares du port, il est le feu antérieur d'un alignement avec le phare de la Balue, pour l'accès au chenal intérieur.

La tour, récemment restaurée, a échappé aux destructions de la Seconde Guerre mondiale. Elle se présente comme une grande maison (murs blancs et toiture à quatre pentes en ardoises) de section carrée, de 19 m (62 pieds) de hauteur.

Construite en maçonnerie et pierre de taille (pierre apparente, chaînes d'angle), sur trois niveaux (et quatre fenêtres superposées), elle positionne le plan focal sur une hauteur de 20 m (66 pieds).

Électrifié en 1912 et automatisé, il est télé contrôlé depuis la Subdivision de Phares et Balises de Saint-Malo. Son optique (lentille Fresnel et lampe halogène de 150 watts) émet à travers une fenêtre, un feu vert fixe d'une portée lumineuse de 18 milles marins (1 mille = 1852 m).
Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : A1686.

 

[4] Saint-Servan est une ancienne commune rattachée à la ville de Saint-Malo en 1967. Au sud de l'agglomération, le quartier occupe l'emplacement de l'ancienne cité gallo-romaine d'Aleth.




Lettre ayant voyagé
Entier postal. Enveloppe pré-timbrée à validité permanente [PAP]







Pli oblitéré à Cestas (Gironde), le 15.03.2016




Enveloppe préaffranchie ("précasée", autocollante)
Autorité postale émettrice : La Poste
Date d'émission : septembre 2008 [5]
Timbre-poste imprimé : Marianne (France Lettre Prioritaire / création et gravure d'Yves Beaujard)
Timbre à dentelure figurée avec deux bandes de phosphore à droite et à gauche du timbre
Valeur faciale : aucune
Correspond à un affranchissement pour une lettre jusqu'à 20 g dans le régime intérieur (France, Andorre et Monaco)
Impression : Phil@poste
Dimensions du pli : 220 mm x 110 mm [DL]
Illustrations : Jean-Benoît Héron
Références : agrément provisoire N° 809 / lot G4S/08R235
Code-barres : aucun



[5] Issue (également) dans une série de quatre enveloppes "les phares de Saint Malo" (La Balue, Rochebonne, Bas Sablons et Le Grand Jardin)


 



Vous pouvez aussi visiter :
https://pharoteliste.blogspot.fr/2016/09/france-la-balue.html?m=1
http://pharoteliste.blogspot.fr/2016/08/france-grand-jardin.html


 .

dimanche 15 avril 2018

Espagne / Fisterra


Espagne.

Cachet commémoratif montrant le phare de Fisterra.
Lettre ayant voyagé.







Pli oblitéré à l'Office Postal de Fisterra, le 18.04.2017








Le phare de Fisterra [Cabo Finisterre] (42° 53' N & 09° 16' W) se trouve sur un promontoire situé à l'extrémité nord-ouest de la péninsule ibérique (communauté autonome de Galice), à une vingtaine de kilomètres au sud du cap Touriñan, le point le plus occidental d'Espagne continentale [1] [2].

Construit en 1853 à partir d'un projet de l'ingénieur Felix Uhagón, le phare est constitué d'une tour de plan octogonal de 17 m (56 pieds) de hauteur construite en pierre rouge et intégrée partiellement, à la contre-façade d'un large bâtiment de plan rectangulaire disposé en flanc de colline. La lanterne est coiffée d'une coupole de couleur argentée.

L'immeuble est bâti sur deux et trois étages et peint en blanc. La couleur rougeâtre réapparaît sur les angles des murs et les contours des fenêtres rectangulaires installées sur chacune des quatre façades.

Géré par l'Autoridad Portuaria de A Coruña, électrifié en 1931 et toujours gardienné ; sur un plan focal de 143 m (469 pieds), son optique (Fresnel) émet un éclat de lumière blanche toutes les 5 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 0.3s + obscurité 4.7s.
La portée lumineuse est de 23 milles marins (1 mille = 1852 m).
Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : D1742.


[1] Le Cabo da Roca (Portugal) étant le point le plus occidental d'Europe continentale.

[2] Le cap signale la fin du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, un lieu visité para les pèlerins après leur passage par la célèbre Cathédrale (distancée d'environ 90 km).




Cachet commémoratif sur carte postale ayant voyagé


 





 



Carte postale : phare de Fisterra
Édition : FAMA (Corujo, Vigo)
Dimensions : 105 mm x 148 mm (DIN A6)
Référence : N.3082






Muchas gracias à Carlos (Argentine) pour son aimable participation …
Photos et souvenirs de son voyage en mars 2017.
http://newlhstamps.blogspot.fr/








Vous pouvez aussi visiter :
http://pharoteliste.blogspot.fr/2009/04/espagne-cabo-silleiro.html
http://pharoteliste.blogspot.fr/2009/06/portugal-cabo-da-roca_3374.html 

.

 

dimanche 8 avril 2018

Allemagne / Ancien phare de Friedrichsort


Allemagne.

Cachet commémoratif montrant l'ancien phare de Friedrichsort (Alter Leuchtturm Friedrichsort).
Timbre à date célébrant la Troisième "Briefmarkenausstellung" (exposition philatélique) de Kiel.


 




Pli oblitéré à Kiel, le 26.10.1947

 




L'ancien phare de Friedrichsort occupait l'extrémité d'un banc de sable de cette localité de la rive gauche du fjord de Kiel, à l'endroit où celui-ci est le plus étroit (54° 23' N & 10° 11' E). Ce fjord (Kieler Förde), reliant le port de Kiel à la mer Baltique, est un couloir maritime d'une quinzaine de kilomètres de longueur.

L'ancien phare était une structure métallique (fer de fonte) construite en 1866 ; il est resté opérationnel jusqu'au 29 octobre 1971 et remplacé depuis cette date par une construction moderne (ALL : C1230).

Le vieux bâtiment disposait d'une tour de section circulaire peinte en blanc avec deux bandes horizontales noires. Le noir était aussi réservé à la coupole de la lanterne, une toiture avec une pente assez aiguë, facilement identifiable.

En 1975, l'ancien phare est déménagé à l'intérieur du port de Kiel. Symbole du passé, il est resté à cet endroit jusqu'en décembre 2002 date à laquelle il a été démantelé.

En juillet 2003, la structure revient à Friedrichsort.
La lanterne et le local technique inférieur (sous-jacent) sont posés au sommet d'un mât métallique (et soutenus par des câbles tenseurs disposés autour du mât). L'ancien phare (sous une forme partielle) s'intègre ainsi dans une composition de décoration urbaine.





Cachet commémoratif célébrant la "Briefmarkenschau" (promotion de la philatélie) au sein de la "Kieler Woche", la rencontre mondiale des voiliers légers créée par le Kaiser Guillaume II en 1882.







Pli oblitéré à Kiel (2300), le 19.06.1993




 


Cachet commémoratif célébrant la "Briefmarkenwerbeschau" (promotion de la philatélie) au sein de la "Kieler Umschlag" (fête populaire de la ville de Kiel).






Pli oblitéré à Kiel (24103), le 23.02.2002







Cachet commémoratif célébrant la "Briefmarkenschau" (exposition philatélique) au sein de la "Kieler Umschlag" (fête populaire de la ville de Kiel).
Le phare en 1906.







Pli oblitéré à Kiel (24103), le 03.03.2012

 



dimanche 1 avril 2018

Taiwan / Pitou Chiao


Taiwan.

Lettre ayant voyagé avec des timbres montrant le phare de Pitou Chiao (鼻頭角燈塔).







Pli oblitéré à Taichung, le 29.12.1993




Thème du timbre : phare de Pitou Chiao dans la série "phares de Taiwan", timbres d'usage courant [inscriptions sur bleu ciel] [1]
Date d'émission : 21.08.1992
Autorité postale émettrice : Taiwan Post Co. Ltd. / Chunghwa Post (中華郵政)
Valeur faciale : 7.00 dollars de Taiwan (TWD)
Dessinateur : Lee Kuang-chi
Imprimeur : China Color Printing Co. Inc. (Taiwan)
Impression : gravure à l'eau-forte, offset
Papier : papier mat avec filigrane "YU"
Dentelé : 13 ½
Dimensions du timbre : 23.5 mm x 26.5 mm
Taille de la feuille : 100 (10 x 10) timbres
Tirage : 23 000 000
Numéros des catalogues : Yv 1996 / S 2815 / SG 2007 / M 2070
Référence Chunghwa Post : D110.5


[1] Seconde émission. Quatre timbres (phares) émis à cette date : Poitou Chiao, Eluanbi, Kaohsiung et Pen Chia Yu






Le phare de Pitou Chiao [Bitoujiao] (25° 08' N & 121° 55' E) se trouve sur un promontoire de la côte nord du pays, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Taipei [1].

Construit en 1971, cette structure remplace l'ancien bâtiment dressé par les Japonais en 1897 mais détruit durant la Deuxième Guerre mondiale.

La tour de 12 m (39 pieds) de hauteur est une structure en béton, de section circulaire, montrant un double balcon dont l'inférieur dispose d'un mur intégré à l'édifice et le supérieur, le siège du feu (sans lanterne) est encerclé par une rambarde métallique.

Peinte entièrement en blanc, la couleur rouge est réservée à la protection extérieure de la lumière.

Sur un plan focal de 65 m (213 pieds), ce feu à occultations (blanc) produit une éclipse de 5 secondes toutes les 11 secondes.
Sa portée lumineuse est de 17 milles marins (1 mille = 1852 m) visible sur un angle de 235°.

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : P4693.


[2] Dans le District de Ruifang, un étendu urbain intégrant le port de Keelung et la New Taipei. Le site du phare est un lieu de promenade (randonné) prisé par les habitants de la ville.





Enveloppe premier jour [FDC]
Le phare du port de Taichung (台中港燈塔) illustre le pli







Enveloppe oblitérée à Xindian (新店), Taiwan (台灣) le 21.08.81
(l'année "minguo" 81 correspond à 1992)



Édition : Directorate General of Posts, ROC
Design : Lee Kuang-chi
Dimensions du pli : 162 mm x 112 mm
Référence : 81-13




Le phare de Pitou Chiao dans la série "phares de Taiwan", timbres d'usage courant [inscriptions sur blanc] [3]




Date d'émission : 20.05.1991
Autorité postale émettrice : Taiwan Post Co. Ltd. (Chunghwa Post)
Valeur faciale : 3.00 dollars de Taiwan (TWD)
Dessinateur : Lee Kuang-chi
Imprimeur : China Color Printing Co. Inc. (Taiwan)
Impression : gravure à l'eau-forte, offset
Papier : papier mat avec filigrane "YU"
Dentelé : 13 ½
Dimensions du timbre : 23.5 mm x 26.5 mm
Taille de la feuille : 100 (10 x 10) timbres
Tirage : 4 000 000
Numéros des catalogues : Yv 1906 / S 2676 / SG 1853 / M 1970
Référence Chunghwa Post : A108.4


[3] Première émission. Cinq timbres (phares) émis à cette date : Lu Tao, Pitou Chiao, Hua Yu, Kaohsiung et Chimei Yu







Vous pouvez aussi visiter :
http://pharoteliste.blogspot.fr/2011/03/taiwan-paisha-chia.html
http://pharoteliste.blogspot.fr/2012/01/taiwan-kaohsiung.html 


.

dimanche 25 mars 2018

France / Penfret


France.

Entier postal illustré avec l'image du phare de Penfret.
Enveloppe pré-timbrée à validité permanente [PAP] [1].
Le phare du Stiff illustre le timbre imprimé.







Enveloppe de la série "Phares du Finistère" (An tour tan e Penn-ar-Bed, en langue bretonne) [2]
Autorité postale émettrice : La Poste
Date de parution : juin 2006
Illustrations : Jean-Benoît Héron (2006)
Timbre-poste imprimé : "Le phare du Stiff", France 20 g [3]
Dimensions du pli : 110 mm x 220 mm [DL] (DIN "long")
Imprimeur : Imprimerie PRIM (Brélès)
Références : agrément N° 809 / lot G4S/0600406
Code-barres : 012707 / 3 561920 211527

[1] PAP, Prêt-à-Poster (La Poste)

[2] Vendu comme lot indivisible de 10 [phares] enveloppes différentes
[Ar-Men, Créac'h, Eckmühl, Île Vierge, Kéréon, La Jument, La Vieille, Le Stiff, Penfret, Pointe de Saint Mathieu]
Avec la participation du Conseil général du Finistère et le soutien de l'État

[3] À partir du "phare du Stiff" dans la série de 10 timbres différents "Portrait de Régions, La France à voir N° 6". Émission du 19.09.2005
Correspond à un affranchissement pour une lettre jusqu'à 20 g dans le régime intérieur
Numéros des catalogues : Yv 3822 / SG MS 4121i / M 3980 / S 3139i






Le phare de l'Île Penfret (47° 43' N & 03° 57' W) se trouve sur cette petite île (4 km²) faisant partie de l'archipel des Glénan, groupement de neuf îles (et plusieurs îlots) situé à environ 10 km au large de la façade sud du département du Finistère (Bretagne).

Mis en service en 1837, ce phare est constitué d'une tour de section carrée de 24 m (79 pieds) de hauteur émergeant de la toiture d'une maison bâtie en maçonnerie de pierres apparentes et coiffée d'une toiture à deux pentes.

La tour, peinte en blanc, porte l'inscription "Penfret" (sur les quatre façades) en caractères rouges, la même couleur utilisée pour la lanterne, métallique, de section circulaire.

Électrifié en 1951, automatisé et télécontrôlé depuis 1993 par l'antenne de Concarneau de la subdivision des phares et balises de Lorient ; le phare émet sur un plan focal de 36 m (118 pieds), un éclat de lumière rouge toutes les 5 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 0.2s + obscurité 4.8s. Sa portée lumineuse est de 21 milles marins (1 mille = 1852 m).
Sur un plan focal de 34 m (112 pieds), un second feu émet des scintillements rapides (quick flashing) de couleur blanche d'une portée lumineuse de 11 milles marins (1 mille = 1852 m) visibles sur un angle de 20°.

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : D0922.

Propriété de l'État, le phare est inscrit depuis le 31 décembre 2015 sur la liste des Monuments Historiques (MH).




Entier postal [PAP]
Lettre ayant voyagé

 




Enveloppe oblitérée à Ergué-Gabéric (Finistère, 05513A), le 08.08.2008


Références : agrément N° 809 / lot G4S/06F252
Code-barres : 012707 / 3 561920 211527







Entier postal [PAP]
Lettre ayant voyagé
Enveloppe de la série "Phares du Finistère" avec le timbre figuré "France 20g"



 



Enveloppe oblitérée à Landernau, le 27.11.2008


Références : agrément N° 809 / I / 014
Code-barres : 012298 / 3 561920 078571 [0601300]

mercredi 14 mars 2018

Nouvelle-Zélande / East Cape et Farewell Spit

 
Nouvelle-Zélande.

Enveloppe premier jour [FDC] célébrant les phares d'East Cape et Farewell Spit.








Pli oblitéré à Wanganui, le 17.11.1976



Édition : New Zealand Post Office / Government Life Insurance Stamps
Dimensions du pli : 163 mm x 92 mm



Thème des timbres : phares d'East Cape et Farewell Spit, dans la série "Government Life Insurance Department" (deux timbres)
Date d'émission : 17.11.1976
Autorité postale émettrice : Government Life Insurance Department (NZ)
Valeurs faciales : 8 et 10 cents (8/100 et 10/100 de dollar néo-zélandais - NZD)
Dessinateur : James Berry (1906 – 1979)
Impression : taille-douce
Imprimeur : Bradbury Wilkinson & Co (New Malden, Surrey, UK)
Papier : sans filigrane
Dimensions des timbres : 25 mm x 41 mm
Dentelé : 14 ½ x 14
Taille de la feuille : 100 timbres (10H x 10V)
Numéros de catalogues : Yv E136 – E137 / SG L60 – L62 / S OY47 - OY48 / M LV44 – LV45
Numéro du catalogue Campbell Patterson : X31a (8 cents) / X32a (10 cents)





 


A. Le phare d'East Cape (37° 41' S & 178° 33' E) se trouve au sommet d'une colline (Otiki Hill) surplombant l'océan Pacifique, située à l'extrémité nord-orientale de l'Île du Nord de la Nouvelle Zélande.

Mis en fonction en décembre 1922, il a été déménagé depuis East Island, une île proche de la côte mais d'accès difficile, dont le phare original avait été installé en 1900.

La tour de section circulaire, de 14 m (46 pieds) de hauteur, est bâtie en fer de fonte et peinte en blanc incluant un balcon soutenu par de multiples consoles décorées. La lanterne, au sommet, rehaussée par rapport au balcon, est peinte en noir.

À l'origine, contrôlé par une équipe de 3 personnes, le personnel a été progressivement réduit jusqu'à son automatisation en 1985. Géré par Maritime New Zealand, sur un plan focal de 154 m (505 pieds), son optique émet un éclat de lumière blanche toutes les 10 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 0.1s + obscurité 9.9s.
La portée lumineuse est de 19 milles marins (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : K3932.








B. Le phare de Farewell Spit [Bush End Point] (40° 33' S & 173° 00' E) se trouve à l'extrémité de ce cordon littoral (spit) situé sur la côte nord-occidentale de l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande (océan Pacifique).

Construit en 1897, ce phare remplace une ancienne structure en bois établie en 1870.

Le phare est constitué d'une tour métallique (acier) en treillis, peinte en blanc, de 27 m (88 pieds) de hauteur, de forme pyramidale et base carrée. Au sommet, en dessous de la lanterne (entourée d'une rambarde hexagonale), se trouve le local technique (de plan carré) ; l'ensemble est peint de couleur orange. Un escalier externe en zigzag s'intégrant dans les segments structuraux permet l'accès aux installations.

Opéré par Maritime New Zealand, automatisé en 1984; son optique (50 watt rotating beacon) émet un éclat de lumière blanche ou rouge (selon la direction) toutes les 15 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 0.3s + obscurité 14.7s.
La portée lumineuse de la lumière blanche est de 19 milles marins et celle de la lumière rouge est de 15 milles marins (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : K4182.

 

mardi 6 mars 2018

Chine / Pagode Mahota (ancien phare)


République Populaire de Chine.

Carte maximum [maxicard] montrant la Pagode Mahota (泖塔).





Carte oblitérée à Shanghai (上海), district de Qingpu (青浦), bureau postal de Shen Lane (沈巷), le 18.05.2002

Édition : China National Philatelic Corporation
Dimensions de la carte : 100 mm x 148 mm
Identification de la carte : MC-51 (5-1)




Thème du timbre : Pagode Mahota dans la série "phares du patrimoine historique", cinq timbres différents
Date d'émission : 18.05.2002
Autorité postale émettrice : China Post (中国 邮政)
Valeur faciale : 80 fen (分) (80/100 de Renminbi Yuan - CNY)
Design : Fan Jingnan [樊景南]
Impression : héliogravure + taille-douce
Imprimeur : Beijing Postage Stamp Printing House
Dimensions du timbre : 30 mm x 40 mm
Dentelé : 11
Taille de la feuille : 20 timbres (4H x 5V)
Tirage : 13 850 000
Date limite des ventes : 6 mois après la date d'émission
Numéros de catalogues : Yv 4000 / M 3353 / S 3199 / SG 4717
Référence China Post : 2002-10 (5 timbres)

 



La Pagode Mahota (31° 02’ N & 121° 05’E) se trouve sur l'île du même nom située sur la rivière Mao ou Maohe, dans le district de Qingpu, dans le secteur ouest de la ville de Shanghai.
La rivière Maohe (en aval du lac Dianshan) est un affluent de la rivière Huangpu ; celle-ci, traverse Shanghai avant de se jeter dans le Yangzi Jiang (le plus long fleuve d'Asie).
L'île Mahota est aujourd'hui le siège du Shanghai Sun Island International Club (上海太阳岛国际俱乐部), un "resort" (centre de villégiature) doté d'un parcours de golf et d'un ensemble hôtelier de haut standing.

La Pagode Mahota a été construite durant les années 874 – 879, sous la Dynastie Tang, période dans laquelle le bouddhisme était la philosophie (religion) dominante.

Construction en brique et en bois, de 29 m (95 pieds) de hauteur, ses quatre étages s'appuient sur une salle carrée (rez-de-chaussée) de 8.63 m de côté.
Toitures, balcons, murs extérieurs, décorations ; l'ensemble est un bel exemple de l'architecture traditionnelle de la période Tang.

Considéré comme le deuxième phare le plus ancien du pays, c'est grâce à une illumination soutenue par des lanternes, que la Pagode a bien accompli son rôle de phare.
Elle a su traverser l'histoire de la Chine et ses conflits. La fin de la dynastie Qing (dernière dynastie impériale : 1644 – 1912) où la plupart des temples ont été détruits, a épargné la Pagode Mahota.

Inscrite depuis 1959 sur la liste de protection du patrimoine culturel chinois ; la Pagode figure depuis 1997 sur la liste de la International Association of Marine Aids to Navigation and Lighthouse Authorities (IALA)
Amplement restauré en 2002, le bâtiment est aujourd'hui une attraction touristique.


Grenada.
 
Pagode Mahota, dans une série de quatre blocs feuillets différents

 




Date d'émission : 27.08.2001
Autorité postale émettrice : Grenada Postal Corporation
Valeur faciale : 6.00 dollars de la Caraïbe orientale [XCD]
Dimensions du timbre : 42.5 mm x 28.5 mm
Dimensions du feuillet : 98 mm x 70 mm
Dentelé : 14
Numéros des catalogues : Yv BF606 / SG MS4518b / M B650 / S 3179







Vous pouvez aussi visiter :
http://pharoteliste.blogspot.fr/2011/12/chine-pagodes-de-jiangxin.html
http://pharoteliste.blogspot.fr/2013/03/chine-lingao.html


.

dimanche 25 février 2018

Canada / Cap-des-Rosiers


Canada. 

Lettre ayant voyagé avec un timbre montrant le phare de Cap-des-Rosiers.






Pli oblitéré à Saint-Valentin (Québec), le 23.10.2008

Cachet commémoratif 400e anniversaire de la ville de Québec
(Samuel de Champlain fonde la ville de Québec en 1608)

 


Thème du timbre : le phare de Cap-des-Rosiers dans série "drapeaux" (phares), cinq timbres différents [1]
Date d'émission : 27.12.2007
Autorité postale émettrice : Canada Post / Postes Canada
Valeur faciale : sans valeur faciale, timbre à validité permanente [PERMANENTMC]
Correspond à un affranchissement pour une lettre jusqu'à 30 g dans le régime intérieur
Prix d'achat (carnet 10 timbres) : 5.20 dollars canadiens (CAD)
Design : Michael Kirlew / Gottschalk + Ash International (Toronto)
Photographe : Mike Grandmaison (All Canada Photos)
Impression : offset (lithographie), cinq couleurs
Imprimeur : Canadian Bank Note (Compagnie canadienne des billets de banque)
Dimensions : 20.35 mm x 23.25 mm
Taille de la feuille : format carnet 10 timbres (2 x 5 timbres différents)
Dentelé : dentelure simulée
Papier : couché (Tullis Russell Coatings), autoadhésif, gomme PSA (pressure sensitive adhesive). Marquage général (tag) sur les quatre côtés du timbre (MG4)
Tirage : impression continue
Date limite des ventes : 26.12.2008
Numéros des catalogues : Yv 2335 / S 2251 / M 2443
Numéro WNS : CA057.07
Numéros des catalogues (carnet) : Yv CA 2333 / S BK 364 (2253a)
Numéro de produit Canada Post (carnet) : 111182



[1] Montrant les phares de Point Clark (Ontario), Pachena Point (British Columbia), Warren Landing (Manitoba), Cap-des-Rosiers (Québec) et Sambro Island (Nova Scotia)






 

Le phare de Cap-des-Rosiers (48° 51' N & 64° 12' W) se trouve en bordure d'une falaise sur la côte nord-est de la Gaspésie, la péninsule située au centre-est du Québec constituant le prolongement de la rive droite du fleuve Saint-Laurent dans les eaux du golfe du Saint-Laurent [2].

Construit durant les années 1854 - 1858, le phare dispose d'une tour tronconique de 34 m (112 pieds, 122 marches) de hauteur construite en pierre calcaire [3]. La lanterne (à facettes multiples, avec l'équipement d'origine) est coiffée d'une coupole rouge.

Électrifié en 1950, gardienné jusqu'en 1981 ; sur un plan focal de 42 m (138 pieds), ce feu blanc à occultations produit une éclipse toutes les 20 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 15s + obscurité 5s.
Sa portée lumineuse est de 24 milles marins (1 mille = 1852 m).

Propriété de la Garde côtière canadienne, il est répertorié sous le numéro 1621.
Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : H1768.

Déclaré lieu historique national en 1973, la tour du phare a été classée édifice fédéral du patrimoine en 1994.


[2] Son adresse : route 132, Gaspé, Québec, Canada. Samuel de Champlain donne le nom au cap par l'abondance de rosiers sauvages dans la région.

[3] Le plus haut phare du Canada. Le mur extérieur (blanc) est le résultat d'un revêtement (bardage) successif en briques blanches (1954) et en marbre blanc (1984).






Lettre ayant voyagé
Les timbres montrent les phares de Cap-des-Rosiers, Sambro Island et Warren Landing







Pli oblitéré à Saint Laurent, le 29.01.2011









Carte postale : phare de Cap-des-Rosiers
Édition : Manitou
Photographe : S. Majeau
Dimensions : 117 mm x 167 mm
Référence : R.200

 

dimanche 18 février 2018

France / Sénéquet


France.
 
Entier postal. Enveloppe pré-timbrée illustrée avec le phare du Sénéquet.







Pli oblitéré à Caen Mondeville CTC (21618A), le 10.12.2012

 

Enveloppe pré-timbrée à validité permanente PAP [1] commémorant la ville de Gouville sur mer (Manche)
Enveloppe préaffranchie ("précasée", autocollante)
Autorité postale émettrice : La Poste
Date d'émission : 2012
Dimensions du pli : 220 mm x 110 mm [DL]
Références : agrément provisoire N° 809 / lot G4S/11U277
Code-barres : sans code-barres
Timbre-poste imprimé : Marianne 20 g (France Lettre Prioritaire / création et gravure d'Yves Beaujard)
Timbre à dentelure figurée avec deux bandes de phosphore à droite et à gauche du timbre
Imprimeur : Phil@poste (Boulazac)
Valeur faciale : aucune
Correspond à un affranchissement pour une lettre jusqu'à 20 g dans le régime intérieur
Illustration : Michel Guillard [2]
Tirage : 2 000 exemplaires


[1] PAP : Prêt-à-Poster (La Poste)
[2] Artiste peintre à Gouville sur mer PAP




Le phare du Sénéquet (49° 05' N & 01° 40' W) se trouve sur un rocher situé à environ 4 km au large de la côte ouest de la péninsule du Cotentin [3], à proximité de la commune de Gouville-sur-Mer, dans département de la Manche, en région Normandie.

Mis en service en 1861, il a subi des dommages durant la Seconde Guerre mondiale (1942), son optique a été détruite ainsi que toutes les boiseries et les décorations intérieures.

Rallumé en 1948, le phare est constitué d'une tour tronconique en maçonnerie de pierres apparentes (granite) érigée sur un soubassement que s'intègre à la roche sous-jacente. Haute de 18 m (59 pieds), elle positionne le plan focal à cette même altitude. Elle est peinte en blanc dans la partie supérieure et en noir dans sa portion inférieure.

Électrifié et automatisé en 1981 lors du remplacement de sa lanterne par un fanal à entretien extérieur, il est actuellement alimenté en électricité par un aérogénérateur. 

Son optique (fanal universel Ebar 6000E avec une lampe halogène de 180 W) émet trois éclats de lumière blanche ou rouge (selon la direction) toutes les 12 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 1s + obscurité 1.5s + éclat 1s + obscurité 1.5s + éclat 1s + obscurité 6s.
La portée lumineuse de la lumière blanche est de 9 milles marins et celle de la lumière rouge est de 6 milles marins (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : A1648.


[3] À environ 30 km au sud-est de l'île de Jersey.









Carte postale : phare du Sénéquet
Édition : Artaud Frères (Carquefou)
Dimensions : 105 mm x 148 mm (DIN A6)
Référence : 11150215-202
Code-barres : 3 394101 100002







Vous pouvez aussi visiter :
http://pharoteliste.blogspot.fr/2016/06/france-feu-de-la-jetee-ouest-du-treport.html
https://pharoteliste.blogspot.fr/2013/12/france-goury.html?m=1



.

vendredi 9 février 2018

Allemagne / Feu postérieur de Grünendeich


Allemagne.

Entier postal [Pluskarte] illustré avec le feu postérieur de Grünendeich (Leuchtturm Oberfeuer Grünendeich).


 

Carte postale du type "Pluskarte"

La figure du phare est une impression personnalisée, réalisée à partir de la carte émise par Deutsche Post ; par l'Association philatélique et numismatique du Geest (Briefmarken- und Münzenfreunde der Geest e.V.), à Harsefeld


Année d'émission : 2001
Dimensions du pli : 114 mm x 162 mm (DIN C6)
Référence Michel (de la carte d'origine) : PSo 77 I 



Le feu postérieur de Grünendeich (53° 35' N & 09° 37' E) se trouve dans la commune du même nom située sur la rive gauche de l'Elbe, à une trentaine de kilomètres en aval de Hambourg.

Mis en fonction en 1900, le feu est soutenu par une tour métallique (acier) en treillis, de section hexagonale appuyée sur une base rigide (pierre et brique). Un cylindre central, avec un escalier en colimaçon, permet l'accès à une lanterne de diamètre élargi, peinte en blanc avec une toiture noire et entourée d'une rambarde métallique, peinte en noir.
Avec une hauteur de 39 m (129 pieds), la tour est peinte en bandes rouges (5) et blanches (5) suivant les segments structuraux (incluant deux secteurs fermés à la base de la lanterne).

Automatisé en 1972, opéré par l'Office de voies navigables du district de Hambourg (Wasser- und Schifffahrtsamtes / WSA), ce feu isophase émet, sur un plan focal de 35.5 m (117 pieds), des éclats de lumière blanche d'une durée de 2 secondes suivies de 2 secondes d'obscurité [Iso W 4s].

Synchronisé avec le feu antérieur (Lühe Unterfeuer / B 1540), situé à une distance de 1546 m ; sa portée lumineuse est de 13 milles marins (1 mille = 1852 m).
List of Lights and Fog Signals / ALL : B1540.1.



Carte postale ayant voyagé
Cachet commémoratif montrant le feu postérieur de Grünendeich et l'ancien feu de Pagensand Nord [1]







Cachet commémoratif des "journées d'action" (Aktionstagen) "liaisons fluviales sur l'Elbe" (Die Elbe verbindet) avec l'image du navire à passagers "Dat Ole Land" [2] et les deux feux
 





Pli oblitéré à Grünendeich (21720), le 22.03.2008

Oblitération "Erlebnis : Briefmarken" (Expérience : Timbres , bureau de poste mobile de la Deutsche Post)
Créateur du cachet : Stempel-Müller (Nuremberg)
Référence Deutsche Post : 03/036




[1] Construit en 1933, il a occupé la position (53° 43' N & 09° 28' E), jusqu'en 1992. Il est désormais exposé dans le jardin de la WSA Hamburg.

[2] Construit à Hambourg-Bergedorf en 1989 par le chantier naval Ernst Menzer, il assurait jusqu'en 2011 la liaison (et traversée du fleuve) entre Lühe-Angeler et Schulau Willkomm-Höft. Le "Dat Ole Land II" a pris le relais.




Lettre ayant voyagé
Cachet commémoratif montrant le feu postérieur de Grünendeich avec le portrait de Wilhelm Weule (1856 – 1925), concepteur de son système optique

Cachet commémoratif de la "30e Bourse des collectionneurs de Harsefeld" (Harsefelder Sammlerbörse) organisée par l'Association philatélique et numismatique du Geest (Briefmarken- und Münzenfreunde der Geest e.V.)






Pli oblitéré à Ahlerstedt (21702), le 21.03.2010


Oblitération "Erlebnis : Briefmarken"
Créateur du cachet : Stempel-Müller (Nuremberg)
Référence Deutsche Post : 03/037


mardi 30 janvier 2018

Angola / Phares d'Angola


Angola.

Enveloppe premier jour [FDC] commémorant les phares d'Angola (faróis de Angola).
Les timbres montrent les phares de Cabeça da Cobra, Barra do Dande, Tafe, Moita Seca et les balises (bouée rouge et bouée verte) de la baie de Luanda.
Le dessin du cachet commémoratif montre le phare de Cabeça da Cobra.







Enveloppe oblitérée à Luanda, le 22.11.2002

Cachet commémoratif : "Faróis de Angola"


Édition : Correios de Angola
Dimensions du pli : 162 mm x 229 mm (DIN C5)







Thèmes des timbres : phares d'Angola ("faróis de Angola"), dans une série de six timbres différents
Date d'émission : 22.11.2002
Autorité postale émettrice : Correios de Angola (Empresa Nacional de Correios e Telegrafos de Angola)
Valeurs faciales : 45 kwanza (AOA, depuis 2000)
Design : Afinsa
Dimensions du timbre : 40.0 mm x 30.0 mm
Dentelé : 13 x 13.4
Imprimeur : Cartor Security Printing (France)
Impression : offset
Taille de la feuille : 10 timbres
Numéros des catalogues : Yv 1533 – 1538 / M 1678 – 1683 / SG 1655 – 1660 / S 1227 – 1232
Numéros WNS :
AO019.02 : bouée numéro 1 (baie de Luanda)
AO020.02 : phare de Barra Do Dante
AO021.02 : bouée numéro 2 (baie de Luanda)
AO022.02 : phare de Cabeça da Cobra
AO023.02 : phare de Moita Seca
AO024.02 : phare de Tafe





A. Le phare de Cabeça da Cobra (06° 33' S & 12° 30' E) se trouve dans le nord du pays, à environ 260 km au nord-ouest de Luanda (capitale) et à une cinquantaine de kilomètres au sud du fleuve Zaïre (frontière naturelle avec la République Démocratique du Congo), face à l'océan Atlantique.

Sa construction date des années 1930, durant la période coloniale portugaise (África Ocidental Portuguesa).

La tour, de section carrée de 13 m (43 pieds) de hauteur, est bâtie en maçonnerie de brique; elle s'intègre linéairement dans un bâtiment hébergeant les gardiens et les locaux techniques.

Sur un plan focal de 42 m (138 pieds), son optique émet un éclat de lumière blanche toutes les 4 secondes avec la caractéristique suivante : éclat 0.3s + obscurité 3.7s.
Sa portée lumineuse est de 19 milles marins (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : D5003.


 


B. Le phare de Barra do Dande (08° 28' S & 13° 21' E) se trouve à l'ouest de la ville du même nom située à une soixantaine de kilomètres au nord de Luanda, à l'embouchure (rive gauche) du fleuve Dande, sur un plateau surplombant l'océan Atlantique.

La tour, de section carrée (et cinq étages), a une hauteur de 20 m (66 pieds) ; elle est bâtie en brique et peinte en bandes rouges et blanches.
Inauguré à l'époque coloniale (1968), son équipement a été renouvelé en 2001.

Alimenté en électricité par des panneaux solaires, sur un plan focal de 63 m (207 pieds), son optique émet deux éclats de lumière blanche toutes les 10 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 0.3s + obscurité 1.4s + éclat 0.3s + obscurité 8s.
Sa portée lumineuse est de 16 milles marins (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : D5080.




C. Le phare de Tafe [Ponta Tafe] (05° 33' S & 12° 11' E) se trouve dans le secteur nord-ouest de la ville de Cabinda, capitale de l'exclave angolais du même nom situé à une soixantaine de kilomètres au nord du fleuve Zaïre (dont l'embouchure appartient à la République Démocratique du Congo).

Érigé en 2002 sur le site d'une ancienne installation coloniale (1888), le feu est soutenu par une tour de section circulaire de 20 m (65 pieds) de hauteur, construite en fibre de verre et peinte en bandes blanches (4) et rouges (4). Trois segments sont identifiables sur l'axe de la tour : la partie inférieure d'un diamètre élargi, la partie supérieur d'un diamètre réduit et la base du support du feu (sans lanterne) : en forme de cône inversé.

Sur un plan focal de 27 m (89 pieds), son optique émet deux éclats de lumière blanche toutes les 10 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 0.3s + obscurité 3.5s + éclat 0.3s + obscurité 5.9s.
Sa portée lumineuse est de 20 milles marins (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : D4340.




D. Le phare de Moita Seca (06° 06' S & 12° 16' E) se trouve sur un secteur consolidé des bancs de sable situés à l'embouchure (rive gauche / entrée sud) du fleuve Zaïre (Congo) [1] [2].

Installé en 2002, le feu est soutenu par une tour de section circulaire de 20 m (65 pieds) de hauteur, construite en fibre de verre et peinte en bandes blanches (4) et rouges (4). Trois segments sont identifiables sur l'axe de la tour : la partie inférieure d'un diamètre élargi, la partie supérieur d'un diamètre réduit et la base du support du feu (sans lanterne) : en forme de cône inversé.
Géré par la "Capitania do Porto do Soyo", sur un plan focal de 20 m (65 pieds), son optique émet trois éclats de lumière blanche toutes les 10 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 0.3s + obscurité 1.5s + éclat 0.3s + obscurité 1.5s + éclat 0.3s + obscurité 6.1s.
Sa portée lumineuse est de 12 milles marins (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : D4380.





[1] Lieu appelé "Ponta do Padrão" où l'explorateur portugais Diogo Cão avait érigé en 1482 une stèle (padrão), colonne en pierre indiquant la découverte d'une nouvelle terre au nom du roi João II de Portugal.

[2] Également, le lieu de construction des deux phares de la période coloniale installés en 1889 et 1919.

 



Bouée numéro 1 (verte) et bouée numéro 2 (rouge) de la baie de Luanda




 
 


Carte de l'Administration portugaise montrant la position des principaux phares de la côte angolaise


 
 
 
 
.