vendredi 5 novembre 2010

Saint Pierre et Miquelon / Ancien phare du Feu Rouge

Saint Pierre et Miquelon.

Enveloppe premier jour [FDC] célébrant les phares de l'archipel.
Les timbres montrent l'ancien phare du Feu Rouge et le phare de l'Île aux Marins.
L'ancien phare du Feu Rouge apparaît dans l'illustration du pli.
Le cachet commémoratif montre le phare de la Pointe Plate.




Enveloppe oblitérée à Saint Pierre, le 08.07.1992
Dimensions du pli : 92 mm x 165 mm [US No. 6 ¾]
Édition officielle de La Poste Saint-Pierre et Miquelon



Thème du timbre : ancien phare du Feu Rouge dans la série "phares", quatre timbres différents
Date d'émission : 08.07.1992
Autorité postale émettrice : La Poste Saint-Pierre et Miquelon
Valeur faciale : 2.50 francs français (FRF) (1960 – 2002)
Artiste : Jean-Claude Girardin
Impression : taille-douce (polychromie)
Imprimeur : ITVF (Phil@poste Boulazac)
Dimensions du timbre : 40 mm x 26 mm
Dentelé : 13
Taille de la feuille : 40 (4H x 10V) timbres [10 x 4 timbres différents]
Numéros des catalogues : Yv 563 / M 641 / S 580c / SG 684



L'ancien phare du Feu Rouge [Feu de la Plaine] (46° 47' N & 56° 10' W) occupait l'emplacement de l'actuel "Groupe Scolaire du Feu Rouge" : une école primaire située au numéro 28 de la rue Louis Pasteur, à Saint-Pierre.
La ville de Saint-Pierre se trouve sur la côte orientale de l'île du même nom, au large de Terre-Neuve, sur la façade atlantique canadienne.

En 1957, la Commission locale du Balisage a considéré que le Feu Rouge devait être abandonné pour des raisons fonctionnelles.
Le 7 décembre 1961, la Commission des Phares a approuvé le déclassement du Feu, et en 1971 ; à la demande du Service des Travaux Publics de Saint-Pierre, le phare a été démoli pour laisser la place aux travaux de construction de l'école.

Allumé pour la première fois le 1er octobre 1862, ce phare a été bâti sous les ordres du comte Émile Clément de La Roncière (1803 – 1874) [1], administrateur colonial et commandant des îles Saint-Pierre-et-Miquelon, durant les années 1859 - 1863.

La tour tronc-pyramidale, construite en béton armé, était surmontée d'une lanterne et peinte en rouge (avec une bande blanche centrale dès 1887). L'ensemble avait une hauteur de 11 m (36 pieds), le plan focal se trouvait à 19 m (62 pieds).

Feu scintillant, alimenté à gaz propane, son éclat rouge était perceptible 40 fois par minute sur une distance de 4 milles marins (1 mille = 1852 m).

Le Feu Rouge a été durant des décennies le feu antérieur ("amont") d'un alignement dont le feu postérieur est le phare de la Pointe aux Canons (port de Saint-Pierre), construit et allumé à la même date.


[1] Le port de Saint-Pierre garde souvenir de son passage avec son actuel "quai La Roncière".




Lettre ayant voyagé avec un timbre montrant l'ancien phare du Feu Rouge (et les autres timbres de la série)




Enveloppe oblitérée à Saint Pierre, le 12.10.1992




Aucun commentaire: