lundi 25 avril 2011

Venezuela / Ancien feu Recalada de Güiria


Venezuela.

Enveloppe premier jour [FDC] commémorant le 160e anniversaire de la signalisation maritime au Venezuela.
Un timbre montre l'ancien feu Recalada de Güiria ; un autre, la bouée (rouge) de l'aqueduc de l'île Margarita.
Phare et lanterne stylisés illustrent le pli et le cachet commémoratif.






Enveloppe oblitérée à Caracas (Auditorium Planétarium Humboldt, Parque del Este) [1]
Date d'oblitération : 10.05.2002
Édition : Ipostel (Instituto Postal Telegráfico de Venezuela)
Dimensions du pli : 165 mm x 95 mm
Tirage : 5000 exemplaires


[1] Le Planétarium Humboldt est une dépendance du "Servicio de Hidrografía y Navegación" de la Marine vénézuélienne.




Thème des timbres : l'ancien feu Recalada de Güiria et la bouée de l'aqueduc de l'île Margarita dans la série "Signalisation maritime", dix timbres différents
Date d'émission : 10.05.2002
Autorité postale émettrice : Ipostel (Instituto Postal Telegráfico de Venezuela)
Valeur faciale (bouée) : 300 bolivars [VEB] [2]
Valeur faciale (feu) : 500 bolivars [VEB]
Dessinateur : José Luis de Faria Rodrigues
Dimensions du timbre : 35 mm x 40 mm
Dimensions de la feuille : 210 mm x 120 mm
Taille de la feuille : 10 timbres différents
Prix de la feuille : 4 000 bolivars [VEB]
Imprimeur : Gráficas Armitano (Caracas)
Impression : offset (polychromie)
Dentelé : 12 ¼
Tirage : 50 000
Numéros des catalogues (bouée) : Yv 2215 / SG 3691a / M 3482 / S 1626a
Numéros des catalogues (feu) : Yv 2224 / SG 3691j / M 3491 / S 1626j


[2] Le bolívar, unité monétaire du pays entre 1879 et 2008






A. Le timbre de 500 bolivars montre l'ancien feu Recalada de Güiria (10° 35' N & 62° 17' W) [3].
Güiria est la seule ville portuaire du Venezuela sur l'océan Atlantique. Située sur la côte méridionale de la péninsule de Paria ; celle-ci est la séparation physique entre l'océan Atlantique (au sud) et la mer des Caraïbes (au nord).

Le feu était constitué d'une tour métallique (fer) en treillis, de forme tronc-pyramidale de base carrée, de 18 m (59 pieds) de hauteur. Appuyée sur une plateforme bétonnée, elle était peinte en bandes rouges (2) et blanches (2).
Le feu (sans lanterne) était soutenu et entouré par une surface élargie, de section carrée, couronnant la tour.

Cette structure a été remplacée en 1999 par la bâtisse actuelle. La tour construite en fibre de verre, de 12 m (39 pieds) de hauteur, est de section circulaire et peinte en bandes oranges et blanches (ALL : J6524).


[3] "Recalada" peut se traduire comme "mouillage", un lieu abrité du vent et des vagues le long de la côte dans lequel un bateau peut s'arrêter en sécurité.








B. La bouée de l'aqueduc de Margarita (10° 52' N & 64° 02' W) se trouve au large de l'extrémité méridionale de l'île (Isla de Margarita) [4] [5], la partie la plus proche des côtes vénézuéliennes.

Cette "boya especial" (bouée spéciale) [6] qui apparaît sur le timbre de 300 bolivars, dispose d'un signalement "cardinal sud" qui indique aux navires une situation de danger au nord de la bouée. En effet, l'aqueduc qui conduit de l'eau du continent vers l'île commence à émerger en suivant la remontée des fonds marins (approche du rivage de l'île).

Bouée avec voyant conique (castillete) ; cette structure, d'une hauteur de 3 m (10 pieds) place son feu (alimenté par des panneaux solaires) sur un plan focal de 4 m (13 pieds).

 

[4] La Isla Margarita, de 1 071 km², fait partie du seul état insulaire vénézuélien ; celui de Nueva Esparta.

[5] Un nouvel aqueduc incluant une canalisation sous-marine de 24 kilomètres de longueur, est en cours de travaux.

[6] Les bouées spéciales ont pour objectif de donner à la navigation des renseignements utiles mais ne servent pas à guider sa route.




 


Vous pouvez aussi visiter:







.

Aucun commentaire: