mardi 29 novembre 2016

France / Ancien phare de Fatouville-Grestain.



France.

Lettre ayant voyagé avec un timbre montrant l'ancien phare de Fatouville-Grestain.






Pli oblitéré à Yvetôt PPDC (22865A), le 22.06.2013




Thème du timbre : l'ancien phare de Fatouville-Grestain sur un timbre de la série "Collector" dédiée à la région Haute Normandie, dix timbres différents
Date d'émission : 30.05.2011
Autorité postale émettrice : La Poste
Valeur faciale : "lettre prioritaire 20 g" [1]
Création : Agence Atlante (Paris)
Impression : offset (quadrichromie)
Imprimeur : Phil@poste (Boulazac)
Papier : autocollant, avec deux bandes de phosphore de chaque côté du timbre
Dimensions de l'image : 35 mm x 22 mm
Dentelé : simulé
Dimensions de la feuille "Collector" (ouverte) : 281 mm x 210 mm
Tirage : 18 000 feuilles
Code Produit La Poste : 2111911
Prix d'achat : 8.90 euro


[1] Correspond à un affranchissement à validité permanente pour une lettre jusqu'à 20g dans le régime intérieur :
Au départ de la France métropolitaine vers la France, Andorre et Monaco
Au départ de la France métropolitaine vers les DOM et inversement
A l'intérieur des DOM
Prix de l'affranchissement au moment de l'émission : 0.58 euro


 




L'ancien phare de Fatouville-Grestain (49° 25' N & 00° 19' E) se trouve à quelque deux kilomètres de la rive gauche (sud) de la Seine, à environ quatre kilomètres en amont du pont de Normandie (estuaire de la Seine), dans le département de l'Eure.

Mis en service en 1850, le phare a été désaffecté en 1907. Le changement du cours du fleuve faisant suite aux travaux d'endiguement, le rendait inefficace.

Projet de l'ingénieur Léonce Reynaud [2], la structure est constituée d'une tour de section octogonale bâtie en granite et pierre de taille (gardant la couleur blanchâtre naturelle). Haute de 33 m (108 pieds), cette tour s'intègre dans un bâtiment de plan en U dont l'architecture rappelle celle d'un château.

Vendu aux enchères par l'État en 1923 [3], il a été classé Monument Historique (MH) en 2011.


[2] Léonce Reynaud (1803 – 1880) est l'un de plus prestigieux architectes de phares du XIX siècle ; il est concepteur des phares des Héaux de Bréhat (1840), du Cap Fréhel (1847), des Baleines (1854), Amédée (1865) et des Roches-Douvres (1868).

[3] Toujours dans les mains des héritiers de l'acheteur, le site est en partie aménagé en chambres d'hôtes en 2000. Au-delà de la "vue exceptionnelle sur l'estuaire de la Seine et le pont de Normandie", le site est remarqué par une avant-cour plantée d'arbres de collection.







 



Carte postale : l'ancien phare de Fatouville-Grestain
Photographie / édition : Douthwaite et ses fils
Dimensions : 90 mm x 139 mm
Carte expédiée à Pont-Audemer, le 23.07.1908









Vous pouvez aussi visiter :
http://pharoteliste.blogspot.fr/2013/12/france-goury.html
http://pharoteliste.blogspot.fr/2016/05/france-chausey.html


.

jeudi 24 novembre 2016

Espagne / Arinaga


Espagne.

Lettre ayant voyagé le premier jour d'émission [FDC] avec un timbre montrant le phare d'Arinaga (Faro de Arinaga).



 

 

Enveloppe oblitérée à Cruce de Arinaga, le 15.04.2009
[Ce bureau de poste est le plus proche du phare]

  

Thème du timbre : phare d'Arinaga dans la série "phares" [Faros III], six timbres différents
Date d'émission : 15.04.2009
Autorité postale émettrice : Correos de España
Valeur faciale : 0.62 euro
Dimensions du timbre : 28.8 mm x 40.9 mm
Dentelé : 13 ¾
Taille de la feuille : 6 timbres
Dimensions de la feuille : 115.2 mm x 105.8 mm
Imprimeur : Fábrica Nacional de Moneda y Timbre (FNMT)
Impression : héliogravure
Papier : couché, phosphorescent
Tirage : 350 000 feuilles (timbres)
Numéros des catalogues : Yv 4115 / M 4410 / S 3637d / SG 4438
Numéro du catalogue Edifil : 4483D
Numéro WNS : ES037.09






Le phare d'Arinaga (27° 52' N & 15° 23' W) se trouve sur un promontoire au nord du village touristique du même non, situé sur la côte sud-est de l'île de Grande Canarie (Gran Canaria), face à l'océan Atlantique.

Mis en fonction le 1er mars 1985, le phare est à quelques mètres de la bâtisse abritant un premier feu opérationnel en 1897.

La structure actuelle est constituée d'une tour cylindrique de 14 m (46 pieds) de hauteur construite en béton et peinte en bandes rouges (3) et blanches (2). Un double balcon, dont le supérieur entoure la lanterne, permet un accès à celle-ci par un escalier extérieur.
Au sol, la tour est "encerclée" par une construction élargie (local technique) de plan circulaire, peinte en blanc.

Automatisé, alimenté en électricité par des panneaux solaires ; sur un plan focal de 47 m (154 pieds), l'optique (La Maquinista Valenciana) émet trois éclats de lumière blanche ou rouge (selon la direction) toutes les 10 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 1s + obscurité 1s + éclat 1s + obscurité 1s + éclat 1s + obscurité 5s.
La portée lumineuse est de 12 milles marins pour la lumière blanche et de 9 milles marins pour la lumière rouge (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : D2812.

 




 

mercredi 16 novembre 2016

Sri Lanka / Little Basses


Sri Lanka.

Lettre ayant voyagé avec des timbres montrant le phare Little Basses.


 




Pli oblitéré à Negombo, le 15.10.1997




Thème du timbre : phare de Little Basses dans une série de quatre timbres différents et un bloc-feuillet incluant ces timbres
Date d'émission : 22.01.1996
Autorité postale émettrice : Sri Lanka Post
Valeur faciale : 0.50 roupies srilankaises (LKR)
Dimensions : 28 mm x 40 mm
Dentelé : 12 ¼ x 12
Impression : offset (polychromie)
Imprimeur : State Printing Works (Russie) [Mezhdunarodnaya Kniga / Международная книга]
Taille de la feuille : 50 timbres
Tirage : 5 000 000
Tirage (bloc feuillet) : 25 000
Numéros de catalogues : Yv 1087 / S 1147 / SG 1315 / M 1098
Numéros de catalogues du bloc feuillet : Yv BF58 / S 1150a / M B61 / SG MS1319
Numéro d'émission (Sri Lanka Post) : 858






Le phare Little Basses (06° 24' N & 81° 44' E) se trouve à une dizaine de kilomètres au large de la côte sud-est du pays [1]. Little Basses est le nom donné par les Britanniques à ce haut fond marin appelé "Baixo" (peu profond) sur les cartes portugaises et Kuda Ravana Kotuwa (le Fort du Petit Rāvana) avant l'exploration faite par des Européens.

Construit en 1878 par l'Imperial Lighthouse Service ; le projet est l'œuvre de l'ingénieur Sir James Douglass [2]. Sa construction a été réalisée sous l'autorité directe de son frère cadet : William Douglass [3].

La tour, de 38 m (125 pieds) de hauteur, est de section circulaire avec une base élargie ; elle est bâtie en blocs de granite et peinte en blanc avec une large bande centrale noire. L'édifice dispose d'un double balcon, le supérieur entoure une lanterne coiffée d'une élégante coupole.

Géré par la Marine nationale (Sri Lanka Navy), sur un plan focal de 34 m (110 pieds), ce feu à scintillements rapides groupés (very quick flashing) émet deux éclats de lumière blanche toutes les 10 secondes.
La portée lumineuse est de 27 milles marins (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : F0842.

Lors du tsunami de 2004, le phare a été très légèrement endommagé et rapidement réparé, grâce à l'assistance des autorités britanniques de la Trinity House et de la Northern Lighthouse Board.




[1] Le site est une quarantaine de kilomètres au sud-ouest du phare de Great Basses (06° 11' N & 81° 29' E). Ces deux phares sont mentionnés comme les structures off-shore les mieux connues de cette région du monde.

[2] Sir James Nicholas Douglass (1826 – 1898), également concepteur des phares de Smalls (1861), Longships (1869), Souter (1871), Southwold (1890), …

[3] William Douglass (1831 – 1923), ingénieur des Commissioners of Irish Lights.





Le bloc feuillet


 




 

jeudi 10 novembre 2016

Allemagne / Tarifa (Espagne)


Allemagne.

Cachet commémoratif montrant le phare de Tarifa (Espagne).
Lettre ayant voyagé.





Pli oblitéré à Hambourg (20355), le 09.02.2011


Cachet commémoratif du "REISEN Hamburg", Salon international du tourisme et des voyages (Internationale Ausstellung für Tourismus & Caravaning).
Hambourg, Allemagne, du 09 au 13.02.2011

Avec la mention : Leuchtturm Tarifa an der Südspitze des europäischen Festlandes (Spanien). "Phare de Tarifa, à la pointe sud de l'Europe continentale (Espagne)"


Créateur du cachet : Stempel-Müller (Nuremberg)
Référence Deutsche Post : 01/004

 "Erlebnis : Briefmarken" (Expérience : Timbres) sont des bureaux de poste mobiles où le personnel de Deutsche Post s'associe à un événement rassemblant du grand public.

 




Le phare de Tarifa (36° 00' N & 05° 36' W) se trouve à l'extrémité sud-ouest de l'île de las Palomas [île de Tarifa], constituant le point le plus méridional de l'Europe continentale et la ligne de partage des eaux entre océan Atlantique et la mer Méditerranée.

Au sommet d'un promontoire, le site fait partie de la commune de Tarifa, dans province de Cadiz, en Andalousie.

La structure actuelle est le résultat des reformes effectuées sur l'autorité de l'ingénieur Juan Martín Villa pour permettre au bâtiment existant depuis la fin du XVIIIe siècle, d'héberger une nouvelle lanterne et son appareil catadioptrique de premier ordre.

La tour, de section circulaire, est bâtie en pierre et peinte entièrement en blanc.
Avec une hauteur de 32.5 m (107 pieds), elle positionne le plan focal à 41 m (134 pieds).

Électrifié en 1967, automatisé ; il est géré par l'Autorité Portuaire d'Algeciras.

Le phare dispose d'un feu (Maquinista Valenciana) émettant trois éclats de lumière blanche ou rouge (selon les directions) toutes les 10 secondes.
La portée lumineuse de la lumière blanche est de 26 milles marins et celle de la lumière rouge est de 18 milles marins (1 mille = 1852 m).

Avec les phares d'Europa Point (Gibraltar, 15 milles), Ceuta (18 milles) et Trafalgar (21 milles), le phare de Tarifa complétait l'arc lumineux permettant la navigation à vue dans le détroit de Gibraltar.

Accessoirement, l'installation dispose d'une corne de brume, d'une station de radio (émetteur de radionavigation / Morse "C") et d'un centre de relèvement terrestre pour le GPS Différentiel (Differential Global Positioning System / DGPS).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : D2414.







Carte postale : phare de Tarifa
Édition : M. Ruffo (Tarifa)
Dimensions : 89 mm x 139 mm








Vous pouvez aussi visiter :
http://pharoteliste.blogspot.fr/2008/11/gibraltar-europa-point.html
http://pharoteliste.blogspot.fr/2009/02/espagne-ceuta.html


.

vendredi 4 novembre 2016

Tunisie / La tour de Borj Khadija (ancien phare)


Tunisie.

Lettre ayant voyage avec un timbre montrant la tour de Borj Khadija (ancien phare).







Pli oblitéré aux Berges du Lac (Tunis, 1053), le 24.09.2013




Thème du timbre : tour de Borj Khadija dans la série d'usage courant "Phares", quatre timbres différents
Date d'émission : 20.09.2013
Autorité postale émettrice : La Poste Tunisienne
Valeur faciale : 700 millièmes (700/1000) de dinar tunisien (TND)
Imprimeur : Imprimerie de la Poste Tunisienne
Impression : offset
Dimensions du dessin : 41 mm x 28 mm
Dentelé : 13
Taille de la feuille : 50 timbres
Tirage : 500 000
Numéros des catalogues : Yv 1729 / M 1814
Numéro WNS : TN013.13






Le nouveau phare de Borj Khadija (35° 14' N & 11° 09' E) se trouve à quelques pas de cette tour (borj / burj) d'architecture arabe (IXe siècle) bâtie sur des ruines byzantines, située sur la côte du Ras (cap) Kapudia [Ras Kaboudia], le point le plus oriental du Sahel tunisien.

Borj Khadija fait partie du patrimoine architectural de la ville de Chebba, un important port de pêche (depuis l'époque romaine) établi à une soixantaine de kilomètres au nord de Sfax [1]. La tour, récemment restaurée, disposait d'un feu de signalisation.

Le phare actuel (de construction moderne) est constitué d'une tour métallique (poteau) de 18 m (59 pieds) de hauteur peinte en bandes rouges et blanches. Le sommet dispose d'un amer (daymark) en forme de pyramide inversée.

Sur un plan focal de 28 m (92 pieds), ce feu émet deux éclats de lumière blanche et rouge (selon la direction) toutes les 9 secondes selon la caractéristique suivante : éclat 1.5s + obscurité 1.5s + éclat 1.5s + obscurité 4.5s.
La portée lumineuse de la lumière blanche est de 19 milles marins et celle de la lumière rouge est de 14 milles marins (1 mille = 1852 m).

Admiralty List of Lights and Fog Signals / ALL : E6368.


[1] Chebba ou La Chebba, la Caput Vada (point de départ) de l'époque romaine.









Vous pouvez aussi visiter :
http://pharoteliste.blogspot.fr/2015/03/tunisie-ile-de-la-galite.html
http://pharoteliste.blogspot.fr/2012/06/tunisie-tabarka.html



.